french flag - language switcher

Pourquoi la musique devrait être dans chaque salle de classe

Découvrez comment les éducateurs peuvent utiliser le pouvoir du rythme et du chant pour améliorer le développement de l'enfant.
Par
Publié le May 31, 2022
Un enfant joue au violon dans une salle de classe

Joan Koenig a récemment rédigé un article pour l'organisation internationale des enseignants (ndlr: en anglais seulement, la traduction sera publiée ci-dessous), l'ASCD (Association for Supervision and Curriculum Development). L'ASCD a été créée en 1943 pour soutenir et faire progresser les pratiques d'enseignement, et compte aujourd'hui plus de 100 000 membres.

Ce qu'il faut retenir ? La pratique musicale profite à tous les enfants et doit être disponible dans toutes les classes. "Faire de la musique ensemble peut favoriser un sentiment vital d'appartenance, constituant un antidote à l'isolement. En effet, plus de 30 ans de recherches sur la pratique musicale et le cerveau montrent que la musique favorise l'acquisition de nombreuses compétences nécessaires à l'apprentissage, à la croissance et au développement.

Article publié par l’ASCD le 11 mai 2022

Au lendemain du confinement de la pandémie, notre équipe d'éducateurs de l'école Koenig à Paris savait que nos nouveaux élèves seraient confrontés à des défis imprévisibles lors de leurs premiers jours d’école. Beaucoup d'entre eux venaient d'autres pays et n'avaient pas été scolarisés depuis plus d'un an. Beaucoup d'entre eux ne parlaient pas encore le français¬ ou l'anglais. Mais nous savions aussi que nous avions une arme secrète à notre disposition : le pouvoir de la musique.

Lorsque notre professeur de musique a joué les premières notes de la journée au piano, tout le groupe d'enfants de moyens et grandes sections a couru joyeusement sur le tapis circulaire, comme s'il était dirigé par une force invisible. "Allons-nous montrer à nos nouveaux amis comment nous parlons musique ?" a demandé le professeur de musique.

Un mélange de rires et de cris de "Oui !" a suivi. Le professeur de musique joua un glissando, glissant des notes les plus basses aux plus hautes.

Cela veut dire "debout", murmure Emile, 5 ans, à son nouvel ami Ji-wan, en lui tendant la main.

Les élèves expérimentés se sont levés en courant, et les nouveaux enfants ont suivi. Vient ensuite la musique pour "on va s’assoir", suivie de "crisscross applesauce", qui demande aux élèves de lever leurs jambes avant de les croiser. Lorsque le professeur de musique a arrêté la musique, feignant de dormir, les enfants sont restés "bloqués" sur place et ont supplié le professeur de se réveiller et de terminer le motif. Ils ont terminé en chantant "good morning" en plusieurs langues avec une chorégraphie simple, et même les enfants les plus réticents ont suivi les mouvements avec aisance, des sourires éclatants sur leurs petits visages. Ils ne connaissaient pas encore les paroles, mais ils faisaient déjà partie du groupe grâce au mouvement synchronisé que la musique stimule.

Pourquoi la musique ?

Avant la pandémie, l'argument en faveur de l'intégration de la musique dans nos écoles, nos foyers et nos programmes de garderie était convaincant ; aujourd'hui, il est urgent. Faire de la musique ensemble peut favoriser un sentiment vital d'appartenance et constituer un antidote à l'isolement. En fait, plus de 30 ans de recherches sur la pratique musicale et le cerveau montrent que la musique contribue à l'acquisition de nombreuses compétences nécessaires à l'apprentissage, à la croissance et au développement. La musique développe une coordination physique vitale, affine nos systèmes auditif et vocal, renforce la mémoire, favorise l'empathie et la créativité, et accélère l'alphabétisation (Patel, 2009). Plus important encore, la pratique musicale nous fait sortir de nous-mêmes pour entrer dans une relation intuitive, coopérative et profondément satisfaisante avec les autres.

Faire de la musique dès le plus jeune âge ne consiste pas simplement à développer ses aptitudes musicales naturelles pour jouer d'un instrument ou chanter une chanson ; il s'agit d'apprendre à coexister avec d'autres personnes à un âge où le "moi" prédomine généralement. Des études ont montré que les jeux musicaux synchronisés favorisent le comportement prosocial (Tomasello & Kirschner, 2010). Nos enfants peuvent apprendre à travailler ensemble comme le fait un orchestre : en écoutant attentivement, en faisant des ajustements, en se synchronisant vers quelque chose de beaucoup plus grand que la somme de ses parties. En tant qu'adultes, nous connaissons bien ce sentiment lorsque nous chantons dans une chorale, jouons dans un groupe, ou crions et trépignons à un concert de rock. Imaginez ce que pourraient être les salles de classe si nous exploitions régulièrement ces avantages.

L'effet d’accélération

En tant que musicien classique, j'ai ouvert notre école de musique dans les années 1980. Mais plus j'étudiais la manière dont la musique modifiait le développement des jeunes et plus j'étais témoin des capacités musicales extraordinaires des jeunes enfants dans les cours hebdomadaires, plus je savais que ses avantages ne pouvaient se limiter au seul cours de musique. J'avais besoin de voir ce qui se passerait si les enfants vivaient et apprenaient en musique tous les jours.

En 2008, notre école a poussé le programme un peu plus loin et a ouvert une école maternelle trilingue où les enfants parlent français, anglais - et musique. La musique fait partie intégrante de tout apprentissage dans nos classes ; même la lecture et l'écriture sont enseignées avec de la musique et du mouvement. Nous encourageons les élèves à improviser des chansons et des histoires, et les enseignants utilisent la musique comme outil de gestion de classe et de construction de relations.

Bien que le programme préscolaire de L'Ecole Koenig soit encore relativement jeune, nous avons constaté des résultats notables. Lorsque nous comparons les résultats du programme avec ceux d'autres écoles - en particulier le temps nécessaire à la maîtrise - nous constatons systématiquement que nos élèves mettent moins de temps à apprendre la même matière, c’est l'effet d'accélération de l'apprentissage par la musique. Nos élèves lisent avec plaisir et confiance, et ils peuvent transférer leurs connaissances d'une matière à l'autre, faisant souvent le parallèle entre la musique et les mathématiques.

Notre mémoire du chant est l'une des plus robustes - la qualité multimodale de la musique contribue à la mémoire à long terme, ce qui en fait l'une des dernières rétentions à disparaître à un âge avancé.

Nos élèves obtiennent également des résultats supérieurs à la moyenne en matière de conscience phonologique - indépendamment de leur langue maternelle - lors des évaluations que beaucoup écoles exigent pour l'entrée en première année. Plus important encore, nous avons vu des enfants passer d'un manque de confiance à la capacité de chanter et de danser joyeusement sur scène pour leurs parents.

Introduire la musique dans votre salle de classe

Pour commencer à intégrer la musique dans la classe, il n'est pas nécessaire d'avoir une formation musicale. Je vous garantis que vous pouvez acquérir un minimum de maîtrise avec un xylophone ou un tambour, qui se prêtent tous deux à des interventions musicales efficaces. La technologie signifie également que la musique est disponible partout. Essayez de créer une « play-list » et expérimentez les tactiques suivantes.

Premier objectif : devenir un « nous »

Chanter et danser ensemble fait partie du comportement humain dans le monde entier. En fait, faire de la musique rapproche les êtres ; il n'y a pas de meilleure façon d'unifier une classe pleine d'enfants que par le chant. Nous voyons des élèves qui ne parlent pas une langue commune se joindre à leurs camarades de classe en chantant, même s'ils ne comprennent pas encore ce qu'ils chantent. Lorsque les enfants chantent et bougent ensemble, ils forment la genèse d'une coopération et d'une collaboration profondes, faisant appel à la fois aux sens et aux émotions dans un triumvirat vital pour le développement de la petite enfance : l'esprit, le corps et les émotions.

Choisissez une variété de chansons que vous aimez et que vous aimez chanter et danser - vous ne devez pas vous limiter à la musique « pour enfants » ou à la musique classique. Alternez entre des chansons calmes et des chansons qui encouragent les mouvements de danse, et essayez de faire en sorte que toute la classe chante, tape des mains ou tape du pied en rythme. Je propose des cours de musique pour différents âges qui aident les élèves à s'impliquer.

Pour les élèves plus âgés, demandez-leur quelles chansons ils aiment et veulent chanter. Vous vous souvenez de "We Will Rock You" ? Le guitariste principal du célèbre groupe de rock « Queen, » Brian May, cherchait un moyen de faire participer tout un stade, il a donc inventé le rythme court-court-long. C'est le fragment que 72 000 spectateurs du stade de Wembley ont tapé du pied et des mains à l'unisson lors du concert Live Aid de 1985. Si vos adolescents sont réticents à l'idée d'apporter une chanson, essayez « We Will Rock You. »

Vous pouvez également prendre des chansons connues et demander aux élèves d'écrire de nouvelles paroles. Lorsque les élèves participent à la création d'une chanson, celle-ci devient leur chanson. Créer une chanson ensemble est très engageant car chacun peut y contribuer - cela devient une source de fierté personnelle et collective.

Deuxième objectif : utiliser la musique pour gérer la classe

Pensez au nombre de fois par jour où les enseignants doivent dire : "Il est temps de s'asseoir" ou "Écoutez-moi !" En tant qu'enseignants et parents, nous plaisantons sur ce qui apparaît souvent comme une "audition sélective".

Lorsque vous remplacez les instructions verbales par des motifs musicaux, ou des indices, qui indiquent aux enfants ce qu'ils doivent faire ensuite, ces difficultés auditives disparaissent souvent. Dès les premiers jours d'école, nous enseignons les directions par la musique comme un outil de gestion de classe avec des indices pour s'asseoir, se lever ou se rassembler en cercle. Par conséquent, nos enseignants ont rarement besoin d'élever la voix ou de demander quelque chose deux fois. Vous constaterez que l'écoute devient un objectif personnel ; les élèves veulent être les premiers à identifier le signal musical.

Pensez à cinq instructions que vous vous surprenez à répéter. Imaginez maintenant que vous les chantez ou que vous jouez une mélodie simple ou un motif rythmique sur un instrument comme un xylophone ou un tambour au lieu de les dire. Ou bien, tapez simplement des mains. Vous verrez qu'après seulement quelques répétitions, les enfants réagiront à la musique et suivront les instructions non verbales.

Troisième objectif : La musique pour faciliter la mémorisation

La plupart d'entre nous se souviennent sans effort des chansons de leur enfance. Selon les recherches sur le cerveau, l'apprentissage multimodal (prise d'informations par le biais de plusieurs portails, avec un engagement sensoriel et émotionnel), augmente la probabilité d'un encodage profond et permanent de ces informations (Tomlinson, 2013). En fait, notre mémoire des chansons est l'une des plus robustes - la qualité multimodale de la musique contribue à la mémoire à long terme, ce qui en fait l'une des dernières rétentions à disparaître à un âge avancé.

Dans le "rap musical des tables de multiplication" suivant, la prosodie, le rythme, le mouvement et les repères visuels se combinent pour aider les enfants à apprendre les informations nécessaires avec facilité et joie.

Le Rap des Dizaines

J’ai un drôle de jeux j’aimerais jouer avec vous
Doo baba doo baba dooba dooba doo
On va compter en sautant, c’est drôlement amusant
Es-tu prêt ? On va se lancer et
Dix, vingt, trente, quarante, cinquante
Ça y est nous avons gagné
On va monter plus haut, c’est tellement beau
Dix, vingt trente quarante cinquante
Soixante, soixante-dix
Quatre-vingt quatre vingt dix et cent
Ça y est nous avons gagné
Compter en dizaines c’est vraiment zen !

Dans notre classe, une fois que les élèves ont appris la chanson, il est temps de bouger. Les enfants peuvent agiter les bras pendant le début de la chanson, mais ils ne sont pas autorisés à sauter avant que les chiffres ne commencent. Idéalement, ils sautent par-dessus des espaces égaux représentant la quantité d'espace entre les chiffres. Nous plaçons 10 objets sur le sol que les enfants doivent suivre en sautant, faisant ainsi le lien entre quantité et distance.

Pour certains enfants, sauter avec les deux pieds est un défi, alors plutôt que d'interrompre le rythme, ils sautent sur un pied sur deux. Si vous avez envie d'oser la multimodalité, les élèves peuvent aussi dessiner les chiffres à la craie sur un trottoir ou sur le sol. Essayez de rembobiner ou de revenir en arrière avec les chiffres et les sauts.

L’Avenir

Les écoles préparent les enfants à un avenir qui sera complexe et rempli de changements exponentiels. Le changement climatique, les pandémies, l'extinction des espèces, la migration humaine et l'intelligence artificielle vont modifier l'univers de nos élèves d'une manière qui rend désormais certains modèles éducatifs actuels obsolètes. Les compétences que les spécialistes de l'éducation et les philosophes considèrent comme essentielles aujourd'hui comprennent le travail en collaboration avec d'autres, la résolution créative de problèmes et le transfert de connaissances d'un domaine à l'autre. La musique développe ces compétences et bien d'autres encore, en nous aidant à communiquer et à créer ensemble, même lorsque nous ne parlons pas la même langue ou ne comprenons pas les codes culturels des autres.

Références

  • Patel, A.D. (2011, April 5). Why would musical training benefit the neural encoding of speech? The OPERA hypothesis. Frontiers in Psychology 2(142).
  • Rabinowitch T., & Meltzoff, A.N. (2017). Synchronized movement experience enhances peer cooperation in preschool children. Elsevier online.
  • Tomasello, M., & Kirschner, S. (September 2010). Joint music making promotes prosocial behavior in 4-Year-Old children. Evolution and Human Behavior 31: 354–64.
  • Tomlinson, M.M. (July 2013). Literacy and music in early childhood: Multimodal learning and design. SAGE Open. doi: 10.1177/2158244013502498